top of page

REND NOUS L’ART, JEAN !

Parlons peu, parlons comm.

La parole publique, c’est le pouvoir. C’est l’expression d’une existante dans ce monde, d’une groupe, d’une revendication. C’est occuper l’espace publique. C’est être visible.


Un vrai métier quoi !

Et ça s’apprend. il y a des techniques.


Les Ecoles de Commerce et Management s’appuient sur les stratégies militaires, et cet ouvrage emblématique : L’Art de le Guerre, de Sunzi, datant du Ve siècle av JC… outch, communiquer, c’est donc faire la guerre ?! Et bien c’est du moins occuper la scène publique pour convaincre et vendre, car vendre nous permettra d’exister encore un peu. Plus d’info ici, ou ailleurs.

Sur le corps nu et engagé de Corinne Masiero, nous pouvons également entendre « Rend nous l’argent », autrement dit « Peut-on laisser les artistes et consoeurs retourner au boulot et essayer de survivre, bordel ! ».

Oui, tout est politique, et oui, l’argent est le motivation première de tout community manager. Que celui qui vit d’amour et d’eau fraiche nous balance ses tricks s’il vous plait !


Cet art de la communication en public à but pécuniaire à été théorisée par Edward Bernays, proche neveu de Freud qui utilisa les travaux de son cher Tonton Sigmund pour identifier les rouages de la propagande ou comment manipuler les foules en démocratie. Mais attention, le mec est quand même assez sympa… il en a fait un bouquin accessible à tous ! «  Propaganda », qu’on pourrait offrir à tout politologue de PMU qui nous prévient gentillement que, je cite « Les politiques nous mentent, on nous manipule ». Oui, mais alors comment et pourquoi ça marche ? Plus d’info ici ou ou ailleurs.


Et nous alors, gentils artistes, ayant appris le métier de commercial sur le tas, comment on fait pour exposer ses produits, ses prestations, son identité, créer son réseau, sa clientèle et développer son business ? Bref, se payer un carrière ?

Réponse : Je sais pas. Je crois même que je sais que je ne sais pas. Mais je suis pas sûre.


Cependant, l’industrie de l’impro ayant vécu un certain boom ces dernières décennies, il m’est venu l’envie de soulever quelques sujets et de méditer sur nos comportements de citoyens professionnels, évoluant collectivement dans cette grande Cité de l’impro.


Bref, parlons peu, parlons comm.

( Et uniquement comm, les choix/directions/compétences artistiques ici ne seront pas évoquées)


On pourrait tout simplement se dire qu’il suffit de se créer une image publique parfaite en déclamant haut et fort que nous sommes contre les violences, la guerre, la famine et le réchauffement climatique ( Merci Miss Picardie pour cette intervention), mais est ce que cela serait assez efficace pour remplir des salles ?


La communication – du latin Communicare : mettre en commun – créé une connexion entre deux parties. Tout est une question de relation transactionnelle. Dès l’instant où nous communiquons avec quelqu’un/un groupe, nous jouons, le plus souvent inconsciemment, des jeux de rôles.


Ce genre de jeux peut s’opérer sur différents terrains. Ce sont des jeux comportementaux, des interactions relationnelles, des personnages que nous interprétons lors de scènes d’échanges entre être humains, bref le théâtre de la vie ! Et parce que nous communiquons, consciemment ou inconsciemment, nous n’échappons pas à prendre un rôle. Autant en avoir conscience et choisir notre casquette dans la relation avec notre pubic-client.


Première partie de jeu de rôle : Le fameux triangle de Karpman, Victime-Sauveur-Bourreau.

- C’est Calimero qui ne pourra pas résoudre son problème parce qu’il est faible. Ou son double maléfique, Calimero rageux, le bulldog, qui s'inventera un bourreau pour se donner plus de contenance. Moi aussi je veux mon #Metoo dira-t-il!

"Quand le bourgeoisie s'ennuie, elle s'invente des problèmes, ouvrez les théâtres", Momo, 1664, vagabond et bouffon du Roi de service. 

- Superman qui flattera son narcissisme en s’occupant des problèmes des autres.

- Et le Méchant qui, en plus d’être méchant, sera moche et bête.

Soyons clair, dans notre rapports humains, individuellement ou socialement, on peut être réellement agressés et oppressés, foncièrement altruiste et péniblement critique. Communiquer sur ce terrain du triangle de Karpman va imposer à l’autre, notre interlocuteur, un rôle prédéfini et peu de marche de manœuvre, sur base de manipulation psychologique.

Concrètement, Jean-Kevin, notre challend-public scrolle tranquillement sur facebook lorsqu’on lui dit que son samedi soir sera ennuyant s’il reste chez lui, zappant d’émissions inintéressantes à films nuls, alors qu’avec nous, ça va être la grosse poilade, on va rire et sa vie sera enfin réussie. Le mec a rien demandé et on lui dit quand même qu’il a une vie de merde.

Il continue de scoller et un autre post impleure de venir voir ce spectacle samedi soir, sans quoi les artistes vont tous crever si les théâtre restent vides. Alors là, carrément il se met a culpabiliser. Il est tout perdu notre pauvre JK, et ne sait pas quoi faire de son samedi soir, lui qui s’était engagé auprès des restos du Coeur pour faire du bénévolat !

Et là, un mec beaucoup trop fan de l’émission Et tout le monde s’en fout lui hurle une comm de spectacle se jouant samedi en lui disant que s’il ne vient pas, c’est la preuve qu’il a pas d’humour et qu’il est vraiment con.

Bref, la comm en Triangle de Karpman. Souvent beaucoup plus subtile que ces caricatures ! Heureusement pour JK .


Autre salle, autre ambiance, L’analyse transactionnelle Parent/Enfant/Adulte.

Ici nous analysons les rapports humains et décortiquANT des façons d’interagir ensemble, en observant des comportements phares :

Le parent Autoritaire, qui encadre et punit.

Le parent Nourricier, qui prend soin et éduque.

L’enfant Soumis, qui s’efface.

L’enfant Rebelle, qui s’oppose.

L’enfant Libre, qui s’exprime.

L’enfant Adapté, qui se conforme.

L’adulte, qui collecte et analyse.

( C’est sans doute plus complexe que ça, mais en marketing, on simplifie!)


Ainsi, le lien que la comm créé entre deux identités pourra jouer avec un rapport de domination/soumission ( ex : Parent N – Enfant A ) ou d’égalité ( ex : Adulte – Adulte ) avec toutes les combinaisons possibles. Il peut être intéressant de se rendre compte de nos propres manières d’adresser un message à nos clients.

«  Les Patrons de l’Impro jouent samedi. Avec toi dans le public. C’est pas une question. » et différent d’un «  On aime l’impro, on aime le poker, on joue notre nouveau spectacle PokerFaceImpro Samedi ».

Un «  Mes petits êtres de Lumière, suite à mon séjour de 5 mois dans un temple bouddhiste, je vous invite à rejoindre mon workshop pour vous éduquer vers une voie plus éveillée de la vie et rentrer en connexion avec votre être supérieur,  afin de rendre vos scènes d’impro plus cosmiques et divines » est différent d’un «  Voici des infos, des outils. Voilà. »

C’est un choix de stratégie de communication commerciale, simplement.

Si une personne autoritaire souhaite imposer sa puissante règle de 30cm au repos à un adulte qui ne consent pas a se soumettre, c’est pas une raison pour sortir son fouet et punir.

Le consentement, que ce soit en communication ou en BDSM, est LA base. Sans celui ci, c’est de la violence. Le vrai et libre consentement, pas celui fabriqué à coup de poudre de perlinpinpin.

L’autorité, le charisme, l’art… autant de concepts qui n’existent que dans l’oeil de celui qui regarde. « Et toi là, t’as intérêt de me trouver charmante sinon je te pète une dent ! ». La séduction en dictature.


En fonction de notre choix de communication inter-relationnelle, on va attirer des personnes-public potentiel, qui conviennent à ce rapport, à cette échange, qui le consentent.

D’où l’importance de le conscientiser pour le verbaliser. Et d’être authentique dans notre expression.

Pourquoi ? L’authenticité créé la confiance. Si des clients souhaitent faire appel à Mère Thérésa et se retrouvent face à Miss France, tout le monde aura perdu du temps et de l’argent. Le public n’est pas idiot, il va bien se rendre contre que Miss France n’a jamais rien fait contre la famine. Certes, c’est moins vendeur de coller Mère Thérésa en bikini sur l’affiche, mais un bref résumé de ces actions humanitaires sera bien plus parlant. (Ah oui, d’accord, ok, c’est donc ça être humaniste. Respect la Madone.)


Bref le communication commerciale, ce carnaval du business.

Avec en tête de défilé, SuperMan, qui s’admire devant son miroir après avoir taper un clodo, étrangement racisé, qui avait voler une 8-6 chez Auchan.

Bernard Pseudoviktorovitch, quand à lui, s’agace tout seul devant son 4e ricard de la matinée, pestant contre le gouvernement, même Babeth, la patronne de la brasserie ne l’écoute plus, alors que 2 p’tits rebelles depolitisés du collègue d’en face sont entrain de taguer « ok boomer » sur sa ford escort.

Juste à coté des toilettes, Cassandra, sa fille de 23 ans, listant ses propres fragilités psychologiques et fièrement féministe car oppressée par le patriarcat, s’amuse a jouer aux fléchettes sur des portraits de Nicole Ferroni et Blanche Gardin, figures, selon elle, de la rébellion insolente et vulgaire face au carcan de la douceur féminine des Vraies femmes puissantes. Dommage pour son Iphone12, c’est son écran qu’elle visait.

Comme quoi, en comm, la carte n’est pas le territoire.


C’est un jeu, on fait ce qu’on veut ! Un simple jeu, comme celui des 8 ERREURS.

Bien-sur, notre liberté s’arrête, comme partout ailleurs, là où celle de l’autre commence.


Il est vrai qu’en impro, on aime le lâcher-prise. En comm aussi notre liberté s’arrête là où celle de l’autre commence. Faut pas trop se lâcher quand même.

Par exemple, il est interdit de jeter de l’acide sur quelqu’un. ( Comment ça elle avait qu’a pas être belle et plaire?! )

Il est interdit de poignarder la carrière d’une personne parce qu’on n’est pas à l’aise avec l’idée qu’elle en ai une. ( Comment ça cette femme c’est Pandore, faut surtout pas qu’elle l’ouvre ? Y’a quoi dans sa boîte ?!)

Il est interdit de poignarder la carrière d’une personne parce qu’on la trouve attirante et qu’on s’est prit une veste. ( Y’en a qu’on essayé, ils ont eu des problèmes. Tu suis pas l’actu?)

Il est interdit de poignarder la carrière d’une personne parce qu’elle est trop libre ( Comment ça elle est folle, faut la brûler?)

Il est interdit de s’improviser lanceur de couteaux ( Comment ça tu visais la pomme ? C’est arrivé pile entre les yeux.)

La bagarre dans la boue, c'est légal mais c'est sexy que si vous avez le HHS de Shakira, sinon c'est naze, les gens vont se moquer avec raison, vous aller perdre des clients. Don't worry, avec le temps va, tout s'en va.

Quand au fait de coller un sticker "Comment je t'ai baisé la gourou, j'espère que t'as kiffé!" sur le casier de votre n+2, c'est d'un amateurisme sans faille, surtout si vous signez. Agression sexuelle illégale et choquante. 

Pratiquer le cyber-harcèlement sous couvert de campagne anti cyber-harcèlement, là c'est du génie. Faut oser.  C'est ça qui est beau avec les génies, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnait.

Bref, 2 ou 3 petits détails par rapport à la vie en société et la justice qu’il faut connaitre. Il existe quelques règles à suivre. (Non, pas les tiennes la dominatrice, range ce fouet et calme-toi.). Celles en perpétuelles évolutions ,créées par des gens dont c’est le métier, pour qui on vote indirectement en démocratie, et créées pour une meilleure cohabitation et une meilleure évolution de l’espèce. Et nul n’est censé ignorer la loi. Non vraiment, un «  je savais pas on m’a pas dit, c’est pas moi c’est les autres, mes parents, le déterminisme, nous sommes des loups après tout.», ça passe pas devant le juge. De plus, le « pas de traces, pas de preuves, pas de preuves, pas de coupables, pas de coupables... pas de coupables », c’est (les) nul(s) et surtout très has been.

Concurrence déloyale, diffamation, intimidation, humiliations, licenciement abusif… en gros, toutes les actions qui peuvent compromettre la dignité d’une personne et ses conditions de travail ne sont pas légales aujourd’hui. En business, faut surtout pas oublier de vivre avec son temps. Etre beaucoup trop fan d’un militaire qui a vécu au Ve siècle av JC, c’est pas mal vivre dans le passé. Tellement de choses merveilleuses sont arrivées depuis, des évolutions monumentales, la naissance de Beyoncé… On peut pas passer à coté de ça. Non, on ne peut pas.


Alors bien sur, puisque communiquer commercialement, c’est occuper l’espace, on peut théoriser ceci par une simple équation mathématique : Couverture multipliée par Répétition. Que celui qui est déjà allé dans un pays sans croiser le logo Coca-Cola nous raconte son voyage en Corée du Nord !

La grande distribution remercie d’ailleurs Sarkozy d’avoir fait péter cette loi qui interdisait à ces enseignes aux budgets colossaux de communiquer sur les chaines de tv et radios, loi qui avait pour inspiration de protéger les petits commerçants. Y’en a qu’ont pas attendu un pangolin pour se nourrir de cassoulet en boîte. On les entend pas trop trop militer ceux-ci, ils doivent être habitués.

Anymay, on y est : la prédation ou la colonisation commerciale. Si vous croisez un homme à cheval avec du laurier dans les cheveux, révisant ses cours de latin, et détestant viscéralement 3 ou 4 bretons indomptables et bourrés à la coke, ne lui faites pas confiance... Sa devise « C’est la guerre, t’es avec moi ou contre moi ! ». Sacré dilemme drastique surtout pour toute personne inspirée par le coopération, le collectif, la CNV, la paix, la tolérance et autres concepts plutôt humains et humanistes.

Il va vous sucer jusqu’à la moelle, se nourrir de vos forces et de votre brillance, vous vendant du rêve à l’avenir, mais vous pillant sans scrupule, pour finir par dominer votre territoire et vous contraindre à adopter ses croyances et suivre ses règles du jeu où le seul réel gagnant, ce sera lui. Devenus pions, vous ne serez que de la main-d’œuvre utile à sa prédation… Fuyez pauvres fous !!

Bref un simple chef d’entreprise old school capitaliste tenant ses employés par les couilles, les rendant ainsi dociles et impersonnels. Vers un formatage des Temps Modernes. ( Le savais-tu ? Hitler et Chaplin avaient quasiment le même thème astral, incroyable non ? Ils en ont pas fait la même chose.)

Donc, cette fameuse sécurité de l’emploi d’antan! C’est pas aux millénales qu’on réussira à faire avaler ça, au grand dam de leurs darons.


Heureusement, les conquistadors, c’est plus très swag à notre époque, ça doit rarement trainer dans les environs.

Quand à la monarchie, elle est accessible à tous, nous le sachons bien depuis longtemps maintenant : Il suffit d’acheter une galette, et mettre la couronne. La vérité vraie en image et en sagesse ici.


Il y a occuper le territoire en exerçant une pression, cette violence symbolique des forts sur les faibles, et occuper l’espace publique avec respect d'autrui. Maigre différence, gros décalage. Une question d’éthique et de valeurs sans doute. Notion libre d’interprétation.


En comm, on parle également de fidélisation. Comment garder le lien avec notre clientèle ? Mark Zuckerberg nous a drôlement simplifié la tâche. Si facile de rester en contact à l’ère du numérique en exposant nos travaux, nos projets, ou simplement son quotidien pour les plus angoissés à l’idée d’être oubliés.

Pour ce qui est de la propriété en matière de communication commerciale... Difficile de s'octroyer le monopole des mots, des concepts, des idées.

- J'aime les fleurs et les arbres. Il sont miens, je suis Gaia.

- J'aime l'amour, j'en suis son représentant, je suis Eros.

- Je suis contre les discriminations, je suis le militantisme à moi seul, demandez moi la permission pour resister.

( - Mais qu'est ce que vous foutez là-haut, vous êtes complètement perchés? Redescendez vers nous, vous aller tomber, ça va vous faire mal.)


Alors biensur, on ne peut pas ne pas être influencé. Pense bête : bien choisir ses influenceurs insta, puisqu'ils vont vous influencer! Logique. Ils feront partie de votre alimentation intellectuelle.

Influence, inspiration, vol ou coïncidence... Question de curseur et de flou artistique. Dans le doute, la libre interprétation est de rigueur. On se fait plaiz!


En ce qui concerne le réseau, en management bien toxique, on répartit les gens en 4 catégories en fonction de la confiance attribuée et des objectifs individuels :

-Les Alliés : Confiance et objectifs similaires : Place tes potes, impose ton crew !

-Les Adversaires : Confiance mais objectifs opposés : On s’entend bien mais on peut pas tous gagner.

-Les Traites : Méfiance mais objectifs similaires : Bossons ensemble mais je te surveille du coin de l’oeil.

-Les Ennemis : Méfiance et objectifs opposés : Eux, faut pas leur parler, écrire « méchant » sur leurs fronts et les foutre dans le placard à balai.

Il faut le vouloir pour gérer son réseau avec si peu d’humanité. Qui mérite d’être enfermé avec des balais ? A moins que ce soit des Nimbus 2000, là, d’accord c’est la classe et ça doit être plutôt fun!


Un adage populaire raconte que la meilleure comm, c’est le bouche à oreille. En business, on distingue 2 types de ces beaux parleurs composant un réseau : ceux qui parle DE toi et ceux qui parle AVEC toi. De manière flatteuse, ça va sans dire !

Mais comment contrôler les mots dits par des autres ? Ya bien des techniques de neurosciences, les Pnl. De véritables leviers incroyables pour son propres auto-coaching ou celui de ces clients prévenus.

Cependant, mal intentionnées, les Pnl sont au manipulateur, ce que le ghb est au violeur. Corps physique ou corps psychique, on ne pénètre pas sans consentement. Un peu d’élégance svp !


Et le storytelling, on en parle ? (Non, pas celui de Keith). Cette technique de marketing a pour but de lier les deux parties par le coeur, car oui, on en a tous un. La preuve en image et en sagesse ici ou ailleurs.

Avec ce stratagème, on déclenche un sentiment d’empathie et on se connecte par le coeur à ce produit merchandisé ou à ce discours macroniste de noël (Qu’est ce qu’il fait, il fait l’appel ? Pourquoi il nous parle de tout ces gens?!). Comme on est contents d’être « pareils », on va avoir tendance a faire confiance, et a acheter ! 

Très utilisée par les conférenciers Tedx, ça communique et échange en toute humanité.


Bref, j’avais envie de parler de communication, donc de pouvoir. C’est-à-dire, le micro, la parole publique, pas celui situer entre les oreilles.

Je trouvais important de soulever quelques sujets en matière de professionnalisation de notre discipline, d’expansion libre de chacun et finalement, de respect du (spectacle) Vivant.


Si par mégarde mes valeurs politiques ont transpirées, c’était pas voulu. Oui je suis contre les inégalités que le capitalisme produit, oui, je suis contre les violences psychologiques (et les autres aussi), oui, je suis un peu humaniste (mais pas autant que la Madone, sinon j’aurais fait l’effort d’écrire en inclusif et partager des docs autres qu’émanant essentiellement d’hommes blancs) MAIS CECI N’EST PAS UNE PROPAGANDE DE GAUCHISTE, je suis centriste. Enfin, je crois.


Et pour clore cet article sur la communication commerciale, un petit jeu ! Toi aussi découvre ton signe Astro-Comm ! ( Bim, Chaplin c’était un teaser. C’est un métier, j’en ai un diplôme que je n’utilise pas, et que je n’ai pas réussi à vendre sur Leboncoin. Je fais partie de la classe très aisée, on se paye des diplômes juste comme ça, pour nous occuper.)


LE PRIMATE

Leader nait, il prendra à coeur le bien-être du groupe, veillera à l’épanouissement de chacun de ces membres, dans des interactions chargées de bienveillance et d’authenticité. Ce parent de tous sera apprécié pour le climat secure qu’il instaurera par son charisme et sa sérenité. Des périodes de fatigue seront fréquentes, contrepartie de ce engagement entier et généreux.


L’ABEILLE

On connaît l’acharnement des fourmis, l’emblème des travailleuses, et symbole du statuo quo. Chacune sa tache, et toutes vouées à la communauté, où la collaboration et le collectif sont maitre mots. Avec leurs cousines, les abeilles, nous retrouvons des bosseuses hors pairs, mais elles, vont s’exprimer et n’hésiteront pas à déranger. Peu importe où elles vont, on va les voir et les entendre. Quand elles sont mécontentes, elles savent attirer l’attention dont elles ont besoin pour survivre. Feministes et autres militantes, coucou !


LE CHIEN

Le meilleur ami de l’homme, fidèle compagnon. C’est le collaborateur parfait. Dépendant de son maître, il sera toujours là, et ça, c’est rassurant. Il apporte protection, sécurité, écoute. Emetteur de sérénité, il sait apaiser toutes les interactions. Toujours content de retrouver ses compagnons de route, joueur et enthousiaste, c’est un plaisir d’être en sa compagnie. Le pets-at-work, déjà en vogue dans toutes les entreprises.


LE MOSQUITO, (juste parce que cet anglicisme à la saveur hispanique est vraiment plus cool.)

Attiré par la lumière, ce petit être éblouis est doté d’un fort syndrome de l’imposteur (comme tout le monde, mais chez lui c’est très intense). Ne croyant que peu en ses propres compétences professionnelles, il pensera que sa réussite dépend de son réseau. Son manque de confiance lui apportera involontairement une lecture du marché très binaire : bankable or not bankable.

Ouvre les yeux petit moustique, nous sommes tous des êtres de Lumière. Oui, toi aussi !


LE SCARABEE

Le syndrome du scarabée, en management, c’est l’uniformisation des profils. Le scarabée aime s’entourer des gens qui lui ressemble, travaille de la même manière.On sait bien que la diversité nous mène plus loin, le scarabée, n’étant pas d’ôter d’ambition demesurée, préférera rester avec ses semblables quitte a aller moins loin. Pas de gestion de conflits, puisqu’il n’y en a pas, de conflits. C’est la paix des ménages au boulot !


LE LOUP

Intimidation, prédation et stratification du marché. Occuper le territoire, contrôler la matrice. Etre omniprésent. Que le monde dépende de lui.

Animal très rare au milles légendes, difficilement perceptible. Certains le craignent, d’autres le défendent, tous en parlent et peu le connaissent. Maintient le pouvoir et gère les conflits à coup de sodomie.


LE CHAT

Le plus indépendant des Indé ! Libre et charismatique, c’est un être naturel, à l’aise en toutes situations. Retombant toujours sur ses pattes, il saura prendre des risques et n’hésitera pas a sortir ses griffes pour protéger sa tranquillité. Ca peut être profitable pour tous, mais son intention première est égoïste. Son assurance fière et arrogeante peut en agace plus d’un. Niveau réseantage, et esprit d’équipe, c’est pas ouf. Le chat est. N’a pas besoin de plus.


LE SERPENT

« Aies confiance » susurre le pro de l’hypnose. Animal en voie d’extinction. En effet, il semblerait qu’il cherche bien souvent a changer de peau pour muter vers une autre espèce, ayant bien remarqué qu’utiliser ses semblables comme de vulgaires objets manipulables lui apporte tout au plus un sentiment de puissance éphémère mais pas un solide amour de soi et des autres.


LE CAMELEON

Une seule inspiration pour cet animal : être comme tout le monde, faire partie du groupe. Capable de s’adapter a tout environnement, doté de cette forte flexibilité, il cherchera à suivre le flow et sera à la pointe des dernières modes. Il pourra traverser quelques moments de doutes du type « mais au fait, qui suis-je , quelle est mon identité professionnelle? », vite dépassés par le sentiment joyeux et rassurant d’appartenance à son groupe.


LE LION

Lui, son leit motiv :  « Sois toujours fort ! ». Paye ta charge mentale.

Perfectionniste hors norme, beaucoup trop conscient de la fragilité et précarité du statut de freelance, il ne s’autorisera aucun moment de répit . Hyperactif par obligation, et de fait compétent comme personne grâce à ce travail fourni, il n’acceptera rien de moins que la perfection.

Même ses burn-out, il les réussit avec efficacité et les boucle en un week end.

Détends-toi Mufasa, tout va bien !


LE POISSON

Il existe une variété de poissons, qui, pour parcourir une longue distance, se pose sur le dos de plus gros poissons grâce à sa peau très adhérente. Quel rollerman ne s’est jamais accroché à un bus ? Même si dans le milieu de l’entreprenariat, c’est vu de manière peu courageuse, on doit reconnaître que cet intelligent poisson gère l’économie d’énergie avec brio. Aller plus loin, sans effort ! Est ce que la route est aussi instructive en terme d’expérience ? Pas sur.


LA LICORNE

Oh magique créature. Tout en couleur, en éclat, en rêve et en paillette. A l’américaine, Amazing !!! Psychologie positive déter’, elle ose tout. Ca surf sur l’arc-en-ciel de la loi de l’attraction façon Anthony Robbins. You can do it ! You do it already ! Feel it. Intense soit peu perchée la jument sous lsd en abondance, mais infatigable symbole d’espoir, elle saura faire rêver les foules et partager ses « p’tits trucs du bonheur ».


***Bonus ***

Conseil: Meilleure compatibilité : Primate / Chien. Efficacité, longévité.

A éviter : Lion / Chat. Beaucoup trop de phéromone féline.


Prévision horoscope 2021 : Mercure en Abeille promet des prises de parole libres et engagées.


...C’est plutôt bien parti, avec Coco qui nous montre son cul aux CésarS…


Bonne continuation professionnelle à tous, ici ou ailleurs.

Prenez soin de vous, faites des blagues ou manifestez, mais sauvez le monde culturel en élevant le niveau, bordel, au lieu de regarder des télé-réalité crétines. 

Bisous maltais !

À propos: Parcours
bottom of page